Regards critiques sur l’espace quotidien

nouveaux visages de la ville active

édito
#4

Qu’il s’agisse de la fabrication de produits ou de la mise à disposition de services, les activités économiques recouvrent une très large diversité de secteurs, avec pour chacun des modèles spatiaux spécifiques. Certains d’entre eux, comme l’urbanisme des zones industrielles et commerciales ou des quartiers d’affaires voire même des parcs de loisirs, se sont développés de manière intense et n’ont été remis en cause que récemment, face au constat de leurs propres crises.

L’expansion galopante des zones d’activités économiques et commerciales alarment les défenseurs de la ville durable et les dénonciateurs de la “France moche”. Dans le même temps, les centres des villes moyennes et des villages se dévitalisent et continuent de se vider de leurs habitants, avant même l’épuisement de leurs ressources.

Difficultés croissantes de l’économie industrielle ou des zones rurales, émergence d’une troisième révolution industrielle et d’une “révolution numérique”, entraînent l’apparition de nouvelles formes urbaines de l’économie productive. De profondes mutations de l’activité, inscrites dans les évolutions technologiques et sociétales, sont à l’oeuvre au sein des territoires. Il devient dès lors indispensable de repenser les lieux de l’activité et leur articulation avec l’écosystème urbain et les synergies territoriales.

Pour ce quatrième cycle, nous sommes heureux d’inviter le collectif Point Virgule à nous rejoindre pour prospecter ensemble sur les nouveaux visages de la ville active !

derniers articles

numéros précédents