#1

HackUrba au Tank : le hackathon dédié à l'urbanisme durable (1/2)

Du 24 au 26 février derniers, le Ministère du Logement et de l’habitat durable en partenariat avec le Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, organisait #HackUrba, le 4ème hackathon de l’initiative « GreenTech Verte », avec pour objectif le développement de services numériques innovants dédiés à l’urbanisme durable et visant l'émergence et l’accompagnement de futures start-up.

HackUrba : 48h pour prototyper des services innovants

Vendredi 24 février, 20h : le hackathon #HackUrba commence au Tank, un espace de coworking dédié aux esprits créatifs du numérique situé près de la Place de la Bastille dans le 11ème arrondissement de Paris. Après une présentation des objectifs, des règles de fonctionnement et des critères de notation des projets pendant cette première soirée, trois équipes constituées sont immédiatement plongées dans le bain et improvisent un premier pitch.

Pendant les 48 heures suivantes, seize équipes composées de citoyens, d’architectes, d’urbanistes, d’ingénieurs, de développeurs, issus des métiers de l’urbanisme et de l’immobillier, des administrations territoriales, de l’informatique et du monde des jeux vidéos, et ne se connaissant que depuis quelques semaines, vont travailler sans relâche au prototypage de nouveaux services numériques proposant des réponses à cette question générique : « Où et comment construire durablement ? ».

Un Hackathon : qu’est-ce que c’est ?

Le hackathon (de la contraction entre hack - détournement - et marathon) est un format d’innovation calqué sur le mode du concours : organisé autour d’un thème ou d’une question à résoudre, il invite les participants à s’organiser en équipes amenées à entrer en compétition pour la conception d’outils issus des technologies numériques. Processus de travail intensif et continu, il se déroule dans un espace dédié à cet effet dans un délai généralement restreint à 48 heures. A l’issue du hackathon, un jury récompense la ou les équipes gagnantes par une remise de prix, une aide financière, une place au sein d’un incubateur, autant de leviers pour accompagner la réalisation du projet et/ou sa transformation en véritable start-up. Ce format compact vise à capter les porteurs de projet à la recherche de compétences diverses et complémentaires (chefs de projet, développeurs, designers) mais aussi les investisseurs à l’affût d’idées innovantes et de nouveaux talents.

Apparus dans les années 1990 et devenus populaires au début des années 2000 d’abord aux Etats-Unis, les hackathons se sont répandus un peu partout dans le monde à l’initiative des grandes entreprises du secteur des nouvelles technologies, à mesure que les données de codage s’ouvraient aux démarches « opendata ». Cette méthode de développement rapide, qui correspond aux approches « agiles » des métiers tournés vers l’innovation, permet de sortir des schémas R&D classiques des grandes entreprises et des administrations tout en offrant une plus grande visibilité aux initiatives privées, en favorisant la rencontre de nombreux acteurs autour de la conception du projet.

Au cours d’un hackathon les équipes sont amenées à se recomposer en fonction des besoins en compétences appelées par le développement de leur outil, dont le prototypage est appuyé sur les conseils d’un mentor, manager habile qui vient tester la cohérence et la crédibilité du projet au fur et à mesure du processus.

#HackUrba : urbanisme durable, urbanisme numérique

En 2016, le Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, a lancé le dispositif « GreenTech Verte » avec pour objectif le développement de services numériques innovants et la création de start-up en lien avec la transition environnementale portée par le Gouvernement. Cette initiative se compose de plusieurs branches : démarche opendata, aide aux start-up existantes, concours de création de start-up, et organisation de quatre hackathons dont HackUrba constitue le dernier épisode en date. L’ensemble est soutenu par le réseau d’incubateurs du Ministère, conçu pour accueillir les start-up et accompagner la mise au point de nouveaux produits et services en faveur de l’environnement. Organisé en partenariat par le Ministère du Logement et de l’habitat durable et le Ministère de l’Environnement, de l’énergie et mer, Hackurba a pour thème « l’urbanisme durable » et vise à répondre à la commande du Ministère du Logement et de l’Habitat durable : valoriser les données issues du GéoPortail de l’Urbanisme (GPU) en y associant de nouveaux services, ce dernier demeurant aujourd’hui une simle plateforme cartographique de mise en ligne et de consultation des documents d’urbanisme.

Deux ateliers de conception, un hackathon

Innovation majeure du format hackathon proposé par le Ministère : la session hackathon de 48h est précédée quelques semaines auparavant, de deux ateliers de préfiguration dans deux lieux dédiés à cet effet : Hôtel Roquelaure et NUMA. Ces ateliers constituent des temps d’idéation visant à constituer de premières équipes et à concevoir les ébauches de projets qui seront affinés lors des sessions suivantes, déplaçant ainsi la phase amont de conception et permettant au hackathon de se consacrer essentiellement au prototypage : développement, design et business-model des produits. L’ensemble du processus est accompagné par des membres organisteurs issus des deux Ministères, qui dispersés dans les équipes, jouent le rôle de développeur de projet ou de mentor, recadrant la méthodologie, stimulant les idées.

Pour les Ministères, les enjeux de cette démarche sont multiples. Pastèle Soleille, Sous-directrice à la Qualité du Cadre de Vie (une sous-direction rattachée à la fois au Ministère de l’Environnement et au Ministère du Logement) pilote l’équipe organisatrice de ce hackathon. Elle identifie notamment trois « enjeux métiers » que les participants sont invités à prendre en compte : « les délais de réalisation et d’évolution des documents d’urbanisme et leur coût », parfois rédhibitoires ; le développement de « la capacité d’appropriation de la règle » en urbanisme, qui doit devenir plus appréhensible et plus compréhensible ; et « la relation entre la planification, la dématérialisation des documents d’urbanisme et la dématérialisation des autorisations d’urbanisme » qui sont à terme l’objectif visé par le Ministère. Cette démarche s’inscrit ainsi dans la réflexion menée autour de la mise en place du GPU et de la dématérialisation des outils de l’aménagement. En filigrane, il s’agit de reconnaître et de favoriser les capacités d’innovation et de mobilisation des acteurs privés pour générer du service afin de moderniser l’action publique en matière de planification et d’aménagement durable.

Déroulement : 48 heures pour innover au Tank

Revenons au HackUrba. Sur les dix-sept projets préfigurés lors des deux ateliers, seize équipes se sont finalement constituées pour participer au sprint de 48h :

  1. Localbiz
  2. Citoyen paysagiste
  3. SIG+
  4. PLU Dynamique
  5. PureHouse Lab
  6. APEP
  7. PIVAU
  8. Toolz
  9. La Caravane du GPU
  10. PC Contest
  11. Greenmap
  12. Décodurba
  13. Starting Block
  14. Place des Faites
  15. Tétricité
  16. Velosur

    Les ateliers préparatoires au cours desquels ont lieu de premières présentations orales de leur produit, appelées « pitchs » dans le jargon du hackathon et des start-up ont été l’occasion pour les équipes de recruter de nouveaux membres aux profils ciblés, en particulier des développeurs, denrées rares. Le hackathon sera ensuite rythmé par des moments clés articulés autour de séances de monitoring axées sur l’ergonomie, le business model, et la formalisation du pré-pitch.

1er jour : conception et pré-pitch

Les équipes se mettent rapidement au travail dans les espaces du Tank mis à leur disposition, boisson et nourriture à volonté. Les méthodes et degrés d’avancement ne sont pas toujours les mêmes : si certaines équipes s’affichent avec des ordinateurs à profusion, d’autres mobilisent des paperboards pendant que leurs développeurs patientent… La première nuit se veut studieuse. L’objectif est d’avancer suffisamment tant dans le prototypage que dans la définition du projet pour pouvoir préparer les pré-pitchs prévus le samedi en début d’après-midi.

Dans les heures écoulées, chaque équipe a pu profiter des conseils des mentors du ministère et d’une équipe du Tank, prompts à guider les participants et affiner leur projet, les questionnant notamment sur la définition de leurs cibles. Le pré-pitch se déroule en comité restreint : les groupes présentent le premier jet de leur projet devant les équipes organisatrices.

Particulièrement utile dans sa fonction de jalon temporel, cet exercice permet de rappeler l’importance de la synthèse dans la présentation et la nécessité de sélectionner l’information utile. Le projet doit être présenté selon plusieurs axes méthodologiques : cibles utilisteurs, bénéfices et opporunité de l’outil, scénario d’usage sous la forme du story telling, business plan… Le pitch final du HackUrba se déroulera en 4 minutes de présentation par équipe et 2 minutes de questions/réponses : cela ne s’improvise pas.

2ème jour : coacher des projets de qualité

Suite aux pré-pitchs les participants sont invités à un premier atelier sur l’ergonomie et à bénéficier des actions de mentoring. Encadré par les mentors, l’objectif est de donner encore davantage d’ambition aux projets, les faire monter en qualité, et de les rapprocher du niveau attendu par le jury.

Après une nouvelle nuit de travail, les équipes peuvent profiter d’un second atelier, dédié lui au modèle économique. Invitations aux ateliers, logistique de site, conseils et rappel des règles : une partie de la communication entre les participants et les organisateurs a lieu sur Slack, la plateforme d’échange en ligne où chacun pose sa question, lance sa recherche de données.

Pitch ! L’heure de vérité

Ultime étape, en profitant toujours des conseils de mentors impliqués, les équipes préparent enfin le pitch final qui a eu lieu le dimanche à 16h30 : au bout de 4 minutes par équipe, le gong retentit. C’est face à un jury prestigieux présidé par Emmanuelle Cosse, Ministre du Logement, et composé d’administrateurs publics et de grandes entreprises du monde du bâtiment, que les équipes présentent leurs projets.

Présidente d’honneur, Emmanuelle Cosse, Ministre du Logement et de l’Habitat Durable
Président du jury, Paul Delduc, Directeur Général de la DGALN
Michèle Pappalardo, coordinatrice de Vivapolis
Laurent Girometti, directeur de la DHUP
Serge Bossini, directeur de la recherche et de l’innovation du CGDD
Christian Caye, directeur du développement durable, Vinci
Valérie David, directeur du développement durable et de l’innovation transverse, Eiffage
Laurent Vigneau, directeur de l’innovation Ville et Transport, Artelia
Michel Ségard, directeur des opérations civiles de l’IGN
Florence Kersale, directrice du Développement Industrie et Nucléaire chez SETEC BATIMENT, administratrice de Syntec-Ingénierie
Lucie Romano, journaliste AEF
Thierry Voland, responsable Développement durable de la Fédération Française des Tuiles et Briques
Romain Tales, responsable du recensement des données publiques / product owner de la plateforme data.gouv.fr, Etalab

Après délibération, le jury rend son verdict et plusieurs prix spéciaux s’ajoutent au podium final :

  • 1er Prix du Jury : TETRICITE, outil d’expertise pour déterminer le potentiel de surélévation d’un bâtiment. L’objectif : augmenter l’offre de logements accessible à tous en constituant, avec des copropriétaires, des projets de surélévation. Le projet a également été récompensé par le Prix IGNfab et celui de la Fédération Française des Tuiles et Briques (FFTB). L’équipe de Tétricité a reçu un prix de 3000€ remis par la DGALN, une surprime de 1500€ par la FFTB, et a été présélectionné directement pour l’appel à projets « Ville de demain, focus sur la mobilité et l’énergie » d’IGN’fab.
  • 2ème prix du jury : PC CONTEST, une plateforme permettant de prévenir les contentieux en favorisant les démarches de recours gracieux. Le projet a également été récompensé par le Prix Eiffage. L’équipe de PC CONTEST a reçu un prix de 2500€ remis par la DGALN et une surprime de 1500€ par Eiffage.
  • 3ème prix du jury : STARTING BLOCK, qui veut « révolutionner » la conception des bâtiments en automatisant, dès le début des projets, la récupération de données, et faciliter leur traitement contextuel et règlementaire dans des maquettes BIM. Le projet a également été récompensé par le Prix Vinci. L’équipe de Starting Block a reçu un prix initial de 1500€ remis par la DGALN, une surprime de 1500€ par Vinci et une intégration à la chaire éco-conception.

Les autres prix spéciaux ont été remis à :

  • DECORDURBA: Prix coup de cœur GéoPortail de l’Urbanisme (GPU) décerné par la Direction de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages. Le projet vise à permettre de s’assurer de la conformité de son projet au PLU de son territoire. C’est une assistance à la conception d’un projet de construction et au remplissage des documents administratifs, en traitant la chaine de valeur dans son ensemble. L’équipe a reçu une prime de 1500€.
  • PLACE DES FAITES! : Prix coup de cœur Durable décerné par le Commissariat général du développement durable. Le projet est une plateforme d’information et de concertation, adossée à un espace de co-working visant à faciliter la détection et l’aménagement des espaces fonciers disponibles et de soumettre un projet, avec l’outil TPS du SGMAP. L’équipe a reçu une prime de 1500€ ainsi qu’un accès au réseau d’incubateurs de la GreenTech verte.
  • APEP : Premier Prix Artelia. Le projet est un outil d’audit technique permettant de gérer et d’optimiser les coûts de maintenance d’un patrimoine immobilier avec le BigData. L’équipe a gagné un tutorat business plan et un stage de 6 mois rémunérés pour 2 personnes pour développer son projet.
  • URBAN TOOLZ : Second Prix Artelia. Le projet est un outil de modélisation d’une ville en 3D dans le but de réaliser des simulations, de planifier et de mesurer les effets. L’équipe a gagné un tutorat business plan et un stage de 6 mois rémunérés pour 2 personnes pour développer son projet.
  • OU RENOVER : lauréat du Prix Syntec Ingénierie. Le projet permet de détecter dans une commune les zones et maisons à rénover pour diminuer les pertes énergétiques en utilisant la base de données du Diagnostic de Performance Énergétique. L’équipe a été présélectionnée au prix de l’Ingénierie du Futur.

Hackathon : nouvelle méthode issue de la culture numérique / HackUrba : à la rencontre des politiques publiques et des citoyens

Créer des connexions

Le Tank, espace de coworking parisien, a organisé plusieurs hackathons depuis son lancement. Par nature, le lieu a vocation à intégrer le champ du numérique dans les questions de société actuelles. Damien Cahen, directeur du Tank, raconte : « Les conséquences de la ville durable et de la ville connectée nous intéressent beaucoup : on voit émerger des réflexions en lien avec la mutation de la ville, l’augmentation de la connexion. »
Les membres du Tank, essentiellement issus des secteurs de la communication et du numérique, mettent donc à profit leurs compétences pour accueillir les initiatives de type hackathon et animer les débats : « organiser un hackathon, c’est permettre aux équipes de travailler 48h sans s’arrêter. On assure les fonctions de base, mais on organise aussi des moments de travail et de bilan pour remettre les équipes sur les rails. On va dans les groupes pour créer des connexions, enrichir les compétences mutuelles, orienter. On a un rôle de facilitateur, pour favoriser la montée en qualité sur les idées, les pitchs ».

«  Placer le citoyen au coeur des politiques publiques  »

Après l’annonce des résultats, les organisateurs et les participants paraissent globalement satisfaits. Pour Emmanuelle Cosse, Ministre du Logement et de l’Habitat durable, le constat est sans appel : « la qualité et la créativité des projets présentés par les équipes montrent à quel point les citoyens sont à même de repenser durablement l’aménagement du territoire avec l’objectif de vivre mieux dans un cadre de vie préservé et de lutter contre le dérèglement climatique ». Le hackathon a su répondre aux objectifs énoncés : « placer le citoyen au cœur des politiques publiques » permet de « faire émerger de nouvelles offres de service » et « moderniser les procédures et les outils tout en suscitant un usage des travaux [du Ministère] à destination des professionnels ».
Pastèle Soleille insiste sur la valeur ajoutée de la démarche hackathon : « Le hackathon répond aux enjeux de la numérisation et de la modernisation de l’administration. On ne met pas en œuvre que la politique de l’urbanisme, on participe à des objectifs d’organisation avec les partenaires, dans une logique d’ouverture. On facilite l’émergence de solutions identifiées dans les politiques nationales, ce qui est intéressant à l’heure où l’Etat cherche à recentrer son intervention là où il a le plus d’effet levier ».

HackUrba, et après ?

Pour autant, les organisateurs souhaitent déjà voir au-delà du hackathon : « Les équipes étaient en compétition : c’est la limite aux échanges, certaines auraient pu se regrouper », confie Pastèle Soleille. Damien Cahen, quant à lui, pointe les difficultés de suivi des équipes : « On voit l’émergence de plein de choses qui n’ont pas de vision long terme. On cherche à obliger les équipes à avoir une vision concrète, chiffrer les projets, évaluer une date de démarrage. Mais comment accompagner les équipes ensuite ? ».

Dans les hackathons de la Greentech Verte, les lauréats intègrent ensuite des incubateurs de start-up. Emmanuelle Cosse promet de « veiller à suivre les projets nés de cet événement ». Pastèle Soleille développe de premières idées : « On souhaiterait donner une suite à ce weekend, peut-être des journées de rendez-vous avec les participants pour voir comment les projets ont évolué, ‘‘un an après le hackathon’’ ». D’autant plus que l’Etat compte désormais multiplier les initiatives de ce type.


Pour citer cet article :

Simon Pétrelle, Franck Lenoir « HackUrba au Tank : le hackathon dédié à l’urbanisme durable », Revue Sur-Mesure [En ligne], 1| 2017, mis en ligne le 22 mars 2017 URL : http://www.revuesurmesure.fr/issues/villes-usages-et-numerique/hackurba-le-hackathon-dedie-a-l-urbanisme-durable


Tous les entretiens ont été réalisés par l’équipe de Sur-mesure.